Chargement

Les travaux du futur radar sont bien débutés, environ 50% de la nouvelle structure d’acier qui va recevoir les équipements est installé. MétéoChicoutimi a eu la chance au courant des derniers jours d’effectuer une courte visite des installations.

Le nouveau radar ne sera pas situé sur les monts-Valin (près de Saguenay) comme celui du lac Castor, il sera plutôt installé dans la réserve faunique des Laurentides plus précisément sur le mont Apica. La nouvelle localisation va permettre une meilleure couverture pour les secteurs qui se trouve près de Roberval au Lac-Saint-Jean. Le relief près de Roberval causait de faux échos radar, soit il y avait un trou noir (sans précipitation) lorsqu’il y avait des précipitations où sinon lors de temps sec (sans précipitation), on pouvait apercevoir des précipitations au-dessus de Roberval, mais ce n’était pas le cas.


Le remplacement du radar du lac Castor s’inscrit dans le programme de remplacement des radars météorologiques canadiens (PRRMC). Il sera le dernier à être remplacé au Québec.
La structure du nouveau radar sera très impressionnante avec une structure d’acier de 25 mètres de hauteur et au-dessus cette structure sera installée un radôme (sphère contenant l’antenne) d’un diamètre de 11.8 mètres pour une hauteur totale de 38.2 mètres incluant le paratonnerre.



Ville Saguenay embauche!

La couverture opérationnelle du nouveau radar va passer de 120km (lac Castor) à 240 km ( mont Apica). Vers l’est le radar va couvrir jusqu’à la frontière entre le Québec et le Nouveau-Brunswick. Au nord, la couverture sera étendue jusqu’aux Passes-Dangereuses. Vers l’ouest, la couverture devrait s’arrêter tout près de Chibougamau (sans l’inclure) et vers le sud jusqu`à Victoriaville.

Nouvelle technologie

Le radar du mont Apica sera muni de la technologie à double polarisation. Cette technologie va permettre de faire plus facilement et plus rapidement la distinction entre la neige, la pluie, la grêle ainsi que la pluie verglaçante. De plus, il sera plus « facile » d’apercevoir la « signature » que laisse une tornade en activité via l’imagerie radar. Ce qui pourrait permettre d’aviser les gens plus rapidement en cas de tornade, tout ceci dans le but de sauver des vies.


La grande différence entre les radars d’anciennes générations versus la nouvelle génération réside dans les ondes envoyées dans le ciel. L’ancienne technologie (simple polarisation) fonctionnait à l’aide d’onde envoyée dans le ciel, une seule onde horizontale était utilisée. La double polarisation permet l’émission simultanée d’une deuxième onde qui est verticale. La combinaison des deux ondes permet d’identifier plus précisément la forme de la précipitation afin de connaître le type de précipitation qui tombe du ciel.
De plus le taux de rafraichissement entre deux images va passer de 10 minutes ( ancienne génération) à 6 minutes (nouvelle génération). 240 images au total seront disponibles par jour au lieu de 144 images.


Mise en service

Selon les plus récentes données fournies par Environnement Canada, le nouveau radar du mont Apica sera opérationnel en décembre 2022. Celui du lac Castor sera mis hors service au printemps 2023. Alors, les deux radars devraient fonctionner en simultanée pendant l’hiver 2022-2023.